Fabuleux hasards: histoire de la découverte de médicaments par Bohuon Claude

Fabuleux hasards: histoire de la découverte de médicaments

Titre de livre: Fabuleux hasards: histoire de la découverte de médicaments

Éditeur: EDP Sciences

Auteur: Bohuon Claude


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Bohuon Claude avec Fabuleux hasards: histoire de la découverte de médicaments

Quand Horace Walpole a inventé la science qu'il appela de ce doux néologisme qu'est sérendipité, il mit enfin un nom à un concept clé dans la recherche : le hasard.
Les chemins qui mènent à la découverte de médicaments ne sont pas tous gravés dans le marbre de la science ou de l'orthodoxie des procédures, loin s'en faut : un fabuleux hasard est souvent intervenu, servi par l'intuition ou l'attention de chercheurs ; l'étude et l'exploitation de ce hasard a donné naissance à cette "sérendipité", science initiée par les anglo-saxons.
Cet ouvrage retrace les chemins parcourus pour mener à la découverte d'une trentaine de médicaments qui ont tous en commun ce parcours original. Il en est ainsi d'histoires illustres comme celles de la découverte de la pénicilline par Fleming ou de l'insuline par Banting et Best mais aussi d'autres moins connues, révélées par l'enquête des auteurs, comme le modafinil (lutte contre le sommeil) ou la cyclosporine (greffe d'organes).
La sérendipité a contribué également au renouveau de larges secteurs thérapeutiques, comme la psychiatrie dans les années 50, lorsque des médicaments comme le Largactil, le Valium ou les benzodiazépines ont fait leur apparition, ou la cancérologie, avec le cis-platine, la navelbine ou le taxotère. Hasard toujours présent dans ce qui a constitué l'un des éléments de la libération de la femme, la découverte de la pilule. Au-delà de la simple histoire de la découverte de nouveaux médicaments, cet ouvrage met également en exergue la persévérance de certains chercheurs comme Henri Laborit dont le nom est lié à celui du Largactil, Frank Berger à celui de l'Equanil, Roland Kuhn à celui de l'imipramine (Tofranil) et Ernest Fourneau et Auguste-Louis Loubatières à celui des sulfamides antibactériens et hypoglycémiants.
Ces nombreux exemples valorisent le travail des chercheurs qui, parfois au péril de leur vie comme pour Roger Althounyan (antihistaminique) ou John Cade (lithium), ont su faire triompher leurs recherches ; car comme l'affirmait Pasteur, le hasard ne favorise que des esprits préparés...