Essai sur l'origine des langues par Jean-Jacques Rousseau

Essai sur l'origine des langues

Titre de livre: Essai sur l'origine des langues

Éditeur: Pocket

ISBN: 2266030655

Auteur: Jean-Jacques Rousseau


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: Essai sur l'origine des langues.pdf - 29,159 KB/Sec

Mirror [#1]: Essai sur l'origine des langues.pdf - 39,616 KB/Sec

Mirror [#2]: Essai sur l'origine des langues.pdf - 37,789 KB/Sec

Jean-Jacques Rousseau avec Essai sur l'origine des langues

L'Essai sur l'origine des langues annonce déjà Saussure : nombre d'hypothèses formulées par Rousseau feront la fortune du structuralisme. Pourtant, ce texte inspiré tranche par son style avec l'aridité de la méthode linguistique.

Si parfois d'ailleurs la prose de Rousseau paraît plus chantée qu'écrite, c'est qu'il tente de restituer au langage sa fonction primitive d'expression du désir et de l'émotion. Les hommes parlèrent d'abord la langue des poètes et non celle des géomètres. La métaphore est l'essence même du langage car elle traduit le mouvement naturel de l'âme. En évoluant, la langue est certes devenue plus précise mais moins chaleureuse : l'écriture a privilégié l'exactitude par rapport à l'expression. Reste la musique à laquelle Rousseau, avant Nietzsche, confère une fonction métaphysique plus haute que la philosophie, parce qu'elle donne voix à l'inaudible et fait battre à l'unisson le coeur des hommes.

Il faudrait lire Rousseau à haute voix, comme autrefois les chants d'Homère, pour saisir la musicalité d'une intelligence sensible et les vibrations d'une sensibilité géniale. --Paul Klein

Livres connexes

L'Essai sur l'origine des langues annonce déjà Saussure : nombre d'hypothèses formulées par Rousseau feront la fortune du structuralisme. Pourtant, ce texte inspiré tranche par son style avec l'aridité de la méthode linguistique.

Si parfois d'ailleurs la prose de Rousseau paraît plus chantée qu'écrite, c'est qu'il tente de restituer au langage sa fonction primitive d'expression du désir et de l'émotion. Les hommes parlèrent d'abord la langue des poètes et non celle des géomètres. La métaphore est l'essence même du langage car elle traduit le mouvement naturel de l'âme. En évoluant, la langue est certes devenue plus précise mais moins chaleureuse : l'écriture a privilégié l'exactitude par rapport à l'expression. Reste la musique à laquelle Rousseau, avant Nietzsche, confère une fonction métaphysique plus haute que la philosophie, parce qu'elle donne voix à l'inaudible et fait battre à l'unisson le coeur des hommes.

Il faudrait lire Rousseau à haute voix, comme autrefois les chants d'Homère, pour saisir la musicalité d'une intelligence sensible et les vibrations d'une sensibilité géniale. --Paul KleinL'Essai sur l'origine des langues annonce déjà Saussure : nombre d'hypothèses formulées par Rousseau feront la fortune du structuralisme. Pourtant, ce texte inspiré tranche par son style avec l'aridité de la méthode linguistique.

Si parfois d'ailleurs la prose de Rousseau paraît plus chantée qu'écrite, c'est qu'il tente de restituer au langage sa fonction primitive d'expression du désir et de l'émotion. Les hommes parlèrent d'abord la langue des poètes et non celle des géomètres. La métaphore est l'essence même du langage car elle traduit le mouvement naturel de l'âme. En évoluant, la langue est certes devenue plus précise mais moins chaleureuse : l'écriture a privilégié l'exactitude par rapport à l'expression. Reste la musique à laquelle Rousseau, avant Nietzsche, confère une fonction métaphysique plus haute que la philosophie, parce qu'elle donne voix à l'inaudible et fait battre à l'unisson le coeur des hommes.

Il faudrait lire Rousseau à haute voix, comme autrefois les chants d'Homère, pour saisir la musicalité d'une intelligence sensible et les vibrations d'une sensibilité géniale. --Paul Klein